webleads-tracker

MENU
Nos expertises Présentation du cabinet Présentation Notre approche Nos départements Nos avocats Nos distinctions Nous contacter Equipe numerique Agenda / évènements Nos événements Autres événements Lexique Newsletters Rechercher Nos sites internet Data / Données personnelles Propriété intellectuelle Services numériques E-commerce Contenus illicites / E-réputation International Startup et Legaltechs / Tendances Partenaires Medias Contact Newsletter
SUIVEZ NOUS SUR
la lettre du numérique
L'actualité juridique et économique des acteurs du numérique par Simon Associés
simon associés simon associés
Accueil >Data / Données personnelles
 

Bilan des obligations en matière de collecte de coordonnées téléphoniques et de démarchage

Articles L.223-1 et suivants du Code de la consommation

Bloctel impose au professionnel qui collecte des coordonnées téléphoniques d’informer la personne concernée de son droit à s’opposer au démarchage téléphonique. Cependant, en pratique, la mesure est encore peu appliquée.

Ce qu’il faut retenir : Bloctel impose au professionnel qui collecte des coordonnées téléphoniques d’informer la personne concernée de son droit à s’opposer au démarchage téléphonique. Cependant, en pratique, la mesure est encore peu appliquée.

Pour approfondir : La loi dite « Hamon » du 17 mars 2014 a mis en place un dispositif communément appelé « Bloctel », permettant aux consommateurs qui ne souhaitent pas faire l’objet de prospection commerciale par téléphone, de s'inscrire gratuitement sur une liste d'opposition au démarchage téléphonique. Afin de garantir l’efficacité du système, par une information maximale du consommateur, le législateur a imposé une obligation d’information à la charge de tout professionnel qui collecte les coordonnées téléphoniques d’un client (y compris lorsque cette collecte n’a pas pour objet de démarcher ensuite le client).

Ainsi, l’article 223-2 du Code de la consommation prévoit que lors du recueil des coordonnées téléphoniques, le professionnel doit informer le consommateur de son droit à s'inscrire sur la liste d'opposition au démarchage téléphonique. Il précise que lorsque le recueil des coordonnées téléphoniques se fait à l'occasion de la conclusion d'un contrat, le contrat mentionne, de manière claire et compréhensible, l'existence de ce droit pour le consommateur. D’autres interdictions s’appliquent aux professionnels, notamment l’interdiction logique de démarcher un consommateur inscrit sur cette liste, ou encore l’interdiction de louer ou vendre des fichiers contenant des données téléphoniques avec les coordonnées de consommateurs inscrits sur la liste Bloctel.

Cela implique en pratique une vérification régulière de la liste Bloctel :

  • pour les entreprises qui ont recours au démarchage téléphonique de manière accessoire, cette vérification doit être réalisée obligatoirement avant toute campagne de démarchage ;
  • pour les professionnels du démarchage téléphonique, cette vérification doit au minimum être effectuée une fois par mois.

Bien que l’ensemble des professionnels ne se soit pas encore conformé aux obligations précitées, et notamment aux obligations systématiques d’information (en particulier dans les formulaires de collecte de données personnelles, par exemple lors des inscriptions aux programmes de fidélité ou dans les formulaires en ligne pour la conclusion de ventes à distance), la DGCCRF a notifié son intention de procéder à des vagues de contrôles, qui ont débuté fin 2016.

Des sanctions ont déjà été prononcées, les entreprises encourant jusqu’à 75.000 euros d’amende administrative, y compris pour un simple manquement à l’obligation d’information du consommateur sur ses droits d’inscription sur la liste Bloctel.

A rapprocher : Article L.223-2 du Code de la consommation

VOIR AUSSI

Interview de Stéphane BAÏKOFF sur le RGPD par France 3 Pays de la Loire

Emission "9h50 le Matin" du 28 mai 2018

- Vu : 1119

Interview vidéo de Stéphane BAÏKOFF sur le RGPD, en direct du plateau de "9h50 le Matin" sur France 3 Pays de la Loire.

> Lire la suite

Défaut de sécurité : avertissement public de la société RICARD !

- Vu : 389

Le 8 juillet 2015, et en l’absence de toute plainte à l’encontre de la société RICARD, la présidente de la CNIL a ordonné une mission de vérification en ligne de tous les traitements réalisés sur le site « www.ricard.com » afin d’en vérifier la conformité à la loi informatique et libertés.

> Lire la suite


Les plus vus...
Loi informatique et libertés III : articulation avec le RGPD
6 juillet 2018 - Vu : 3752
La loi du 20 juin 2018 n°2018-493, prise en application du Règlement (UE) 2016/679 sur la Protection des ...
> Lire la suite
Phishing : le seul fait de répondre à un email d’hameçonnage constituerait-il une négligence grave ?
16 novembre 2018 - Vu : 3188
La Cour de cassation, dans cet arrêt du 3 octobre 2018, a censuré les juges du fond qui ...
> Lire la suite
La mise en conformité avec le RGPD des PME
22 mai 2018 - Vu : 3008
Consciente des difficultés que peuvent rencontrer les entreprises dans leurs démarches, la CNIL a édité une méthodologie présentée ...
> Lire la suite
Victime d’hameçonnage : la Cour de cassation impose à l’utilisateur une vigilance de plus en plus accrue
22 mai 2018 - Vu : 1731
La Cour de cassation renforce à nouveau l’obligation de prudence pesant sur l’internaute victime d’hameçonnage, dans la droite ...
> Lire la suite
Copyright ©2017 La lettre du Numérique | Création et réalisation Webcd©