webleads-tracker

MENU
Nos expertises Présentation du cabinet Présentation Notre approche Nos départements Nos avocats Nos distinctions Nous contacter Equipe numerique Agenda / évènements Nos événements Autres événements Lexique Newsletters Rechercher Nos sites internet Data / Données personnelles Propriété intellectuelle Services numériques E-commerce Contenus illicites / E-réputation International Startup et Legaltechs / Tendances Partenaires Medias Contact Newsletter
SUIVEZ NOUS SUR
la lettre du numérique
L'actualité juridique et économique des acteurs du numérique par Simon Associés
simon associés simon associés
Accueil >Data / Données personnelles
 

TWITTER soumis au droit de la consommation, ainsi qu’au respect de la loi Informatique et Libertés

TGI Paris, 7 août 2018

Le Tribunal de grande instance de Paris a, dans un jugement en date du 7 août dernier, considéré que TWITTER était soumis au droit de la consommation ainsi qu’à la loi Informatique et Libertés en sa qualité de responsable de traitement, et annulé en conséquence plus de 200 clauses contraires à ces législations.



L’association de consommateurs UFC QUE CHOISIR a assigné TWITTER, en 2014, devant le Tribunal de grande instance de Paris afin de voir annuler plus de deux cents clauses de ses conditions d’utilisation comme étant en totale contradiction avec le droit de la consommation, notamment.

Le 7 août 2018, le Tribunal a jugé que 256 clauses sur les 269 relevées par l’UFC QUE CHOISIR étaient abusives, et donc illicites. Il a condamné TWITTER à régler la somme de 30 000 € à l’association en réparation du préjudice moral causé à l’intérêt collectif des consommateurs.

Le Tribunal a, tout d’abord, jugé que « le contrat d’utilisation de la plateforme, exploitée par la société TWITTER en sa qualité de professionnel, est soumis aux dispositions du code de la consommation, notamment aux dispositions relatives aux clauses abusives, l’utilisateur qui participe au contenu restant un consommateur au regard du code de la consommation. »

L’argument tiré du caractère gratuit du service fourni par TWITTER a donc été écarté par le tribunal, lequel s’est fondé sur les dispositions de l’article 1107 du code civil qui dispose : « Le contrat est à titre onéreux lorsque chacune des parties reçoit de l'autre un avantage en contrepartie de celui qu'elle procure. Il est à titre gratuit lorsque l'une des parties procure à l'autre un avantage sans attendre ni recevoir de contrepartie. »

Les juges, après avoir constaté que la société TWITTER collectait et commercialisait de la donnée déposée gratuitement par ses utilisateurs, ont considéré que le contrat liant TWITTER à ses utilisateurs était un contrat à titre onéreux, la contrepartie du service fourni par TWITTER résidant dans la fourniture même de ces données. TWITTER est donc un professionnel au sens de l’article liminaire du code de la consommation, et doit donc respecter les dispositions qui en découlent quant au contenu de ses conditions générales d’utilisation et politique de confidentialité.

Enfin, le Tribunal de grande instance de Paris a rappelé que la société TWITTER était, compte tenu de son activité, responsable de traitement au sens de la loi Informatique et Libertés n°78-17 et du RGPD, et ce alors même qu’elle n’aurait pas d’établissement en France.

Ont donc été déclarées non-conformes les clauses selon lesquelles les données sont publiques par défaut, ou encore celles tendant à fermer un compte utilisateur tout en conservant les données le concernant pendant une durée illimitée… La liste est malheureusement trop longue pour en faire état de manière exhaustive.

A rapprocher : Art. L.132-1 du Code de la consommation ; Art. 1107 du Code civil ; Article liminaire du Code de la consommation ; Loi informatique et libertés n°78-17

Ce qu’il faut retenir :

 

Le Tribunal de grande instance de Paris a, dans un jugement en date du 7 août dernier, considéré que TWITTER était soumis au droit de la consommation ainsi qu’à la loi Informatique et Libertés en sa qualité de responsable de traitement, et annulé en conséquence plus de 200 clauses contraires à ces législations.

 

Pour approfondir :

 

L’association de consommateurs UFC QUE CHOISIR a assigné TWITTER, en 2014, devant le Tribunal de grande instance de Paris afin de voir annuler plus de deux cents clauses de ses conditions d’utilisation comme étant en totale contradiction avec le droit de la consommation, notamment.

 

Le 7 août 2018, le Tribunal a jugé que 256 clauses sur les 269 relevées par l’UFC QUE CHOISIR étaient abusives, et donc illicites. Il a condamné TWITTER à régler la somme de 30 000 € à l’association en réparation du préjudice moral causé à l’intérêt collectif des consommateurs.

 

Le Tribunal a, tout d’abord, jugé que « le contrat d’utilisation de la plateforme, exploitée par la société TWITTER en sa qualité de professionnel, est soumis aux dispositions du code de la consommation, notamment aux dispositions relatives aux clauses abusives, l’utilisateur qui participe au contenu restant un consommateur au regard du code de la consommation. »

 

L’argument tiré du caractère gratuit du service fourni par TWITTER a donc été écarté par le tribunal, lequel s’est fondé sur les dispositions de l’article 1107 du code civil qui dispose : « Le contrat est à titre onéreux lorsque chacune des parties reçoit de l'autre un avantage en contrepartie de celui qu'elle procure. Il est à titre gratuit lorsque l'une des parties procure à l'autre un avantage sans attendre ni recevoir de contrepartie. »

 

Les juges, après avoir constaté que la société TWITTER collectait et commercialisait de la donnée déposée gratuitement par ses utilisateurs, ont considéré que le contrat liant TWITTER à ses utilisateurs était un contrat à titre onéreux, la contrepartie du service fourni par TWITTER résidant dans la fourniture même de ces données. TWITTER est donc un professionnel au sens de l’article liminaire du code de la consommation, et doit donc respecter les dispositions qui en découlent quant au contenu de ses conditions générales d’utilisation et politique de confidentialité.

 

Enfin, le Tribunal de grande instance de Paris a rappelé que la société TWITTER était, compte tenu de son activité, responsable de traitement au sens de la loi Informatique et Libertés n°78-17 et du RGPD, et ce alors même qu’elle n’aurait pas d’établissement en France.

 

Ont donc été déclarées non-conformes les clauses selon lesquelles les données sont publiques par défaut, ou encore celles tendant à fermer un compte utilisateur tout en conservant les données le concernant pendant une durée illimitée… La liste est malheureusement trop longue pour en faire état de manière exhaustive.

 

 

A rapprocher : Art. L.132-1 du Code de la consommation ; Art. 1107 du Code civil ; Article liminaire du Code de la consommation ; Loi informatique et libertés n°78-17

VOIR AUSSI

RGPD un an après : parachèvement du cadre juridique et application dans les entreprises

Décret n°2019-536 du 29 mai 2019 pris pour l'application de la loi n°78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés

- Vu : 1447

L’entrée en vigueur du Règlement Général sur la Protection des Données le 24 mai 2018 n’était que la ligne de départ du processus de refonte des textes français en la matière, laquelle vient de s’achever avec le Décret 2019-536 du 29 mai 2019 (1), ce qui n’a toutefois pas empêché les entreprises de commencer à adapter leurs traitements de données personnelles dans l’intervalle depuis un an déjà (2).

> Lire la suite

Data : L’amélioration de ses services en ligne nécessite une base légale spécifique !

Décision de la CNIL n°MED-2017-075 du 27 novembre 2017

- Vu : 1423

La formation restreinte de la CNIL a prononcé une mise en demeure publique à l’encontre de la société WHATSAPP rappelant que lorsqu’il existe plusieurs finalités à un traitement qui nécessitent un consentement de la personne concernée, celui-ci doit être recueilli de manière spécifique...

> Lire la suite


Les plus vus...
Loi informatique et libertés III : articulation avec le RGPD
6 juillet 2018 - Vu : 8764
La loi du 20 juin 2018 n°2018-493, prise en application du Règlement (UE) 2016/679 sur la Protection des ...
> Lire la suite
Phishing : le seul fait de répondre à un email d’hameçonnage constituerait-il une négligence grave ?
16 novembre 2018 - Vu : 7796
La Cour de cassation, dans cet arrêt du 3 octobre 2018, a censuré les juges du fond qui ...
> Lire la suite
Action en contrefaçon de droit d’auteur et preuve de la qualité d’auteur
16 novembre 2018 - Vu : 6261
La recevabilité de l’action en contrefaçon de droit d’auteur est subordonnée à la preuve de la qualité d’auteur ...
> Lire la suite
La mise en conformité avec le RGPD des PME
22 mai 2018 - Vu : 5764
Consciente des difficultés que peuvent rencontrer les entreprises dans leurs démarches, la CNIL a édité une méthodologie présentée ...
> Lire la suite
Copyright ©2017 La lettre du Numérique | Création et réalisation Webcd©