webleads-tracker

MENU
Nos expertises Présentation du cabinet Présentation Notre approche Nos départements Nos avocats Nos distinctions Nous contacter Equipe numerique Agenda / évènements Nos événements Autres événements Lexique Newsletters Rechercher Nos sites internet Data / Données personnelles Propriété intellectuelle Services numériques E-commerce Contenus illicites / E-réputation International Startup et Legaltechs / Tendances Partenaires Medias Contact Newsletter
SUIVEZ NOUS SUR
la lettre du numérique
L'actualité juridique et économique des acteurs du numérique par Simon Associés
simon associés simon associés
Accueil >Contenus illicites / E-réputation
 

Œuvre publiée en ligne : obligation d’obtenir l’autorisation de l’auteur pour la publier sur un autre site internet

CJUE, 7 août 2018, C161/17

La CJUE, saisie d’une question préjudicielle, rappelle le principe selon lequel tout acte de reproduction ou de communication d’une œuvre à un public nouveau par un tiers nécessite au préalable de recueillir le consentement de l’auteur, ou du titulaire des droits.



Ce qu’il faut retenir : La Cour de Justice de l’Union Européenne, saisie d’une question préjudicielle, rappelle le principe selon lequel tout acte de reproduction ou de communication d’une œuvre à un public nouveau par un tiers nécessite au préalable de recueillir le consentement de l’auteur, ou du titulaire des droits.

Ce droit de l’auteur n’est pas épuisé par la communication préalable de son œuvre sur un site internet, qu’il a valablement autorisée.

Pour approfondir : Un photographe avait saisi la juridiction nationale allemande afin de s’opposer à la diffusion sur le site de son école par une étudiante de l’une de ses photographies que la jeune fille avait téléchargée sur un autre site. La photographie se trouvait sur ce dernier site sans mesure de restriction empêchant son téléchargement. L’étudiante avait tout de même pris soin de préciser la référence au site. L’auteur considérait que cette publication portait atteinte à son droit d’auteur.

 

 

 

A l’occasion du contentieux né devant les juridictions allemandes, la CJUE a été saisie d’une question préjudicielle portant sur l’interprétation de l’article 3 paragraphe 1 de la Directive 2001/29/CE sur l’harmonisation de certains aspects du droit d’auteur et des droits voisins dans la société de l’information, et notamment quant à l’interprétation de la notion de communication au public, et plus précisément à un public nouveau.

 

La CJUE a, dans un premier temps, rappelé que toute utilisation d’une œuvre effectuée par un tiers, sans un consentement préalable, doit être regardée comme portant atteinte aux droits de l’auteur de cette œuvre.

 

La CJUE a donc considéré : « que la mise en ligne d’une œuvre protégée par le droit d’auteur sur un site internet autre que celui sur lequel a été effectuée la communication initiale avec l’autorisation du titulaire du droit d’auteur doit, dans des circonstances telles que celles en cause au principal, être qualifiée de mise à disposition d’un public nouveau d’une telle œuvre ». En effet, elle a retenu que chaque site, sur lequel l’œuvre avait été publiée, disposait d’un public propre.

 

Le but poursuivi, et ainsi explicitement affiché, est celui d’assurer aux auteurs des revenus appropriés à l’exploitation qui est faite de leurs œuvres, dans la droite lignée de l’adoption de la Directive Européenne sur le droit d’auteur à l’heure du numérique adoptée le 12 septembre dernier.

 

 

A rapprocher : Directive EU 2001/29 ; Art. L.122-1 du Code de la propriété intellectuelle

VOIR AUSSI

Protéger sa e-réputation à l’ère du Client-Juge

Article 29 de la Loi du 29 juillet 1881 sur la liberté de la presse

- Vu : 46

Le droit de la consommation offre des mécanismes efficaces de protection de la e-réputation des entreprises lorsqu’elles font l’objet de commentaires portant atteinte à leur image sur internet mais pour lesquels une action en diffamation, injure, ou dénigrement n’est pas envisageable.

> Lire la suite

IKEA France, le procès d’une surveillance à échelle industrielle par la collecte illicite de données à caractère personnel

Délibéré prévu le 15 juin 2021 (tribunal correctionnel de Versailles)

- Vu : 1064

Après 8 ans d’enquête, quinze dirigeants de Ikea France – et notamment son Directeur de la sécurité – ont fait l’objet d’une ordonnance de renvoi devant le tribunal correctionnel de Versailles pour « collecte de données à caractère personnel dans un fichier par un moyen frauduleux », « détournement de la finalité d’un traitement de données à caractère personnel », « divulgation illégale volontaire de données à caractère personnel », « violation du secret professionnel ». La particularité de ce procès qui s’est ouvert en mars 2021 est l’importance accordée à la protection des données personnelles au vu des faits rapportés.

> Lire la suite


Les plus vus...
Loi informatique et libertés III : articulation avec le RGPD
6 juillet 2018 - Vu : 9392
La loi du 20 juin 2018 n°2018-493, prise en application du Règlement (UE) 2016/679 sur la Protection des ...
> Lire la suite
Phishing : le seul fait de répondre à un email d’hameçonnage constituerait-il une négligence grave ?
16 novembre 2018 - Vu : 8330
La Cour de cassation, dans cet arrêt du 3 octobre 2018, a censuré les juges du fond qui ...
> Lire la suite
Action en contrefaçon de droit d’auteur et preuve de la qualité d’auteur
16 novembre 2018 - Vu : 6998
La recevabilité de l’action en contrefaçon de droit d’auteur est subordonnée à la preuve de la qualité d’auteur ...
> Lire la suite
Cryptomonnaie vs. Monnaie digitale de banque centrale
15 janvier 2021 - Vu : 6389
Si les cryptomonnaies (du type Bitcoin, Bitcoin Cash, Ether, Litecoin) se sont développées au cours des dernières années, ...
> Lire la suite
Copyright ©2017 La lettre du Numérique | Création et réalisation Webcd©