webleads-tracker

MENU
Nos expertises Présentation du cabinet Présentation Notre approche Nos départements Nos avocats Nos distinctions Nous contacter Equipe numerique Agenda / évènements Nos événements Autres événements Lexique Newsletters Rechercher Nos sites internet Data / Données personnelles Propriété intellectuelle Services numériques E-commerce Contenus illicites / E-réputation International Startup et Legaltechs / Tendances Partenaires Medias Contact Newsletter
SUIVEZ NOUS SUR
la lettre du numérique
L'actualité juridique et économique des acteurs du numérique par Simon Associés
simon associés simon associés
Accueil >Propriété intellectuelle
 

Action en contrefaçon de droit d’auteur et preuve de la qualité d’auteur

Ord. réf., Président TGI Paris, 24 septembre 2018, n°18/57276

La recevabilité de l’action en contrefaçon de droit d’auteur est subordonnée à la preuve de la qualité d’auteur et de la titularité des droits.



Dans cette affaire, le juge des référés était saisi dans le cadre d’une action en contrefaçon de droit d’auteur pour de prétendues atteintes tant aux droits patrimoniaux qu’au droit moral. L’action était exercée par un célèbre artiste designer à l’encontre de la société avec laquelle il avait collaboré pendant plusieurs années une fois que celle-ci eut repris les actifs de la société qu’il avait fondée.

L’action en contrefaçon, en matière de droit d’auteur, suppose d’établir en premier lieu sa qualité pour agir comme pour toute action en justice. En matière de contrefaçon, cela signifie que la personne qui agit doit être titulaire des droits patrimoniaux si elle fait état d’une atteinte à ceux-ci, et établisse sa qualité d’auteur si elle fait état d’une atteinte au droit moral dès lors que ce droit appartient au seul auteur. Il s’agit là d’une condition de recevabilité de l’action.

Ajoutons que, dans le cadre d’une action en référé, cela doit ressortir avec l’évidence attendue dans ce type de procédure. Or, dans cette affaire, les pièces versées aux débats ne permettaient pas au demandeur de justifier, précisément de sa qualité d’auteur. En outre, il ne justifiait pas davantage de la date de création des œuvres revendiquées. Or, en l’espèce, ce point était d’autant plus essentiel que les parties avaient par le passé été en relations contractuelles et que le contrat organisait la cession des droits de propriété intellectuelle. Egalement, préalablement à la conclusion de ce contrat, elle avait repris l’intégralité des actifs, en ce compris la propriété intellectuelle, de la société dans laquelle l’artiste avait exercé ses activités professionnelles et à laquelle il avait cédé ses droits.

Reprenant des principes constants, le Juge des référés relève dans son ordonnance « Il importe donc de déterminer la date et les circonstances de création de chacune des œuvres opposées … Ce à quoi ne peut se livrer avec l’évidence requise, le juge des référés (…) En l’état, à défaut de date certaine de création des œuvres opposées et eu égard aux incertitudes relatives au périmètre des droits cédés, la titularité de Jean-Charles de Castelbajac sur les dessins qu’il revendique n’est pas établie. L’action en contrefaçon de droit d’auteur, tant patrimonial que moral, est irrecevable ».

A rapprocher : Article 122 du code de procédure civile ; Article L.111-1 du code de la propriété intellectuelle ; Article L.113-1 du code de la propriété intellectuelle

VOIR AUSSI

Réforme du droit des marques : transposition en droit français de la Directive UE 2015/2436

Directive UE 2015/2436 du 16 décembre 2015 « rapprochant les législations des États membres sur les marques »

- Vu : 1037

Le 20 mars 2019 vient d’expirer le délai de consultation publique sur le projet d’Ordonnance du 15 février 2019 « Paquet Marques », transposant en droit français la Directive UE 2015/2436 du 16 décembre 2015 « rapprochant les législations des États membres sur les marques ».

> Lire la suite

Marque "GIANT" : signe distinctif, évocateur ou descriptif ?

Cass. com., 8 juin 2017, pourvoi n°15-20.966

- Vu : 851

La frontière entre le signe distinctif – protégeable – le signe descriptif – non protégeable – est soumise à l’appréciation des juges du fond guidés par des règles rappelées par la Cour de cassation.

> Lire la suite


Les plus vus...
Loi informatique et libertés III : articulation avec le RGPD
6 juillet 2018 - Vu : 6232
La loi du 20 juin 2018 n°2018-493, prise en application du Règlement (UE) 2016/679 sur la Protection des ...
> Lire la suite
Phishing : le seul fait de répondre à un email d’hameçonnage constituerait-il une négligence grave ?
16 novembre 2018 - Vu : 5464
La Cour de cassation, dans cet arrêt du 3 octobre 2018, a censuré les juges du fond qui ...
> Lire la suite
La mise en conformité avec le RGPD des PME
22 mai 2018 - Vu : 4546
Consciente des difficultés que peuvent rencontrer les entreprises dans leurs démarches, la CNIL a édité une méthodologie présentée ...
> Lire la suite
Victime d’hameçonnage : la Cour de cassation impose à l’utilisateur une vigilance de plus en plus accrue
22 mai 2018 - Vu : 3421
La Cour de cassation renforce à nouveau l’obligation de prudence pesant sur l’internaute victime d’hameçonnage, dans la droite ...
> Lire la suite
Copyright ©2017 La lettre du Numérique | Création et réalisation Webcd©