webleads-tracker

MENU
Nos expertises Présentation du cabinet Présentation Notre approche Nos départements Nos avocats Nos distinctions Nous contacter Equipe numerique Agenda / évènements Nos événements Autres événements Lexique Newsletters Rechercher Nos sites internet Data / Données personnelles Propriété intellectuelle Services numériques E-commerce Contenus illicites / E-réputation International Startup et Legaltechs / Tendances Partenaires Medias Contact Newsletter
SUIVEZ NOUS SUR
la lettre du numérique
L'actualité juridique et économique des acteurs du numérique par Simon Associés
simon associés simon associés
Accueil >Propriété intellectuelle
 

Rappel utile : un nom de domaine peut constituer une antériorité à une marque

CA Aix en Provence, 4 juillet 2019, RG n°17/01088

Les noms de domaine peuvent constituer des antériorités rendant indisponible un signe à sa réservation comme marque bien qu’ils ne soient pas visés par l’article L.711-4 du Code de la propriété intellectuelle qui donne une liste, non limitative, des antériorités.



L’arrêt rendu par la cour d’appel d’Aix en Provence le 4 juillet dernier n’apporte pas d’enseignement particulièrement nouveau en droit des marques mais offre l’occasion de faire un rappel des règles existantes en matière de disponibilité du signe.

L’affaire opposait le titulaire d’une marque qui estimait être victime d’actes de contrefaçon de celle-ci en raison de l’exploitation d’un nom de domaine similaire. En défense, la société poursuivie contestait la validité de la marque qui lui était opposée en faisant valoir le fait que le nom de domaine avait été réservé et exploité antérieurement au dépôt de la marque, le nom de domaine constituait donc une antériorité à la marque.

La cour d’appel rappelle les dispositions de l’article L.711-4 du Code de la propriété intellectuelle selon lesquelles « ne peut être adopté comme marque un signe portant atteinte à des droits antérieurs » dont il donne une liste rappelant également que cette liste n’est pas limitative, par conséquent « un nom de domaine constitue un signe distinctif dont l'antériorité peut être revendiquée pour demander l'annulation d'une marque dès lors que cette antériorité est certaine, se traduisant par une exploitation effective, et qu'il existe un risque de confusion généré par la concomitance des deux signes ».

L’examen des faits révélait que le nom de domaine avait été réservé avant le dépôt de la marque et était également exploité antérieurement. Le risque de confusion en raison de l’exploitation concomitante du nom de domaine et de la marque était également établi. Par conséquent, le nom de domaine, réservé et exploité avant le dépôt de la marque, constituait bien une antériorité à celle-ci justifiant l’annulation de la marque. L’action en contrefaçon est donc tenue en échec et, pire, se solde par l’annulation de la marque faute de vérification de la disponibilité du signe au moment du dépôt et à nouveau avant d’engager l’action en contrefaçon pour anticiper les demandes reconventionnelles.

Avant de réserver une marque, les diligences préalables imposent de procéder à la vérification de la disponibilité du signe et donc de l’existence de droits antérieurs sur la dénomination. Cette recherche ne doit pas se limiter aux marques déposées mais doit porter, plus largement, sur tous les signes distinctifs (nom de domaine, enseigne, dénomination sociale, etc.) il est donc recommandé de recourir aux services d’un professionnel.

A rapprocher : Articles L.711-4 et L.714-3 du Code de la propriété intellectuelle

VOIR AUSSI

Reprise de l’élément distinctif dominant d’une marque et caractérisation de l’atteinte

CA Versailles, 12 décembre 2019, RG n°19/05272

- Vu : 2778

La reprise de l’élément dominant d’une marque antérieure conduit à un risque de confusion entre les signes en présence et, en conséquence, à caractériser l’atteinte à la marque première.

> Lire la suite

Annulation de la marque européenne Adidas pour insuffisance de caractère distinctif

Trib. UE, 19 juin 2019, affaire T-307/17

- Vu : 1306

En application de l’article 7 du Règlement CE 207/2009 du 26 février 2009 sur la marque de l’Union européenne (remplacé depuis par le Règlement UE 2017/1001 du 14 juin 2017), une marque peut être refusée à l’enregistrement notamment pour absence de « distinctivité », pour caractère descriptif, trompeur ou encore contrariété à l’ordre public ; c’est sur le premier de ces critères que l’enregistrement européen de la marque Adidas vient d’être annulé à la demande de la société belge Shoe Branding Europe BVBA, par arrêt du Tribunal de l’Union Européenne rendu le 19 juin 2018.

> Lire la suite


Les plus vus...
Loi informatique et libertés III : articulation avec le RGPD
6 juillet 2018 - Vu : 9022
La loi du 20 juin 2018 n°2018-493, prise en application du Règlement (UE) 2016/679 sur la Protection des ...
> Lire la suite
Phishing : le seul fait de répondre à un email d’hameçonnage constituerait-il une négligence grave ?
16 novembre 2018 - Vu : 8045
La Cour de cassation, dans cet arrêt du 3 octobre 2018, a censuré les juges du fond qui ...
> Lire la suite
Action en contrefaçon de droit d’auteur et preuve de la qualité d’auteur
16 novembre 2018 - Vu : 6581
La recevabilité de l’action en contrefaçon de droit d’auteur est subordonnée à la preuve de la qualité d’auteur ...
> Lire la suite
La mise en conformité avec le RGPD des PME
22 mai 2018 - Vu : 5856
Consciente des difficultés que peuvent rencontrer les entreprises dans leurs démarches, la CNIL a édité une méthodologie présentée ...
> Lire la suite
Copyright ©2017 La lettre du Numérique | Création et réalisation Webcd©