webleads-tracker

MENU
Nos expertises Présentation du cabinet Présentation Notre approche Nos départements Nos avocats Nos distinctions Nous contacter Equipe numerique Agenda / évènements Nos événements Autres événements Lexique Newsletters Rechercher Nos sites internet Data / Données personnelles Propriété intellectuelle Services numériques E-commerce Contenus illicites / E-réputation International Startup et Legaltechs / Tendances Partenaires Medias Contact Newsletter
SUIVEZ NOUS SUR
la lettre du numérique
L'actualité juridique et économique des acteurs du numérique par Simon Associés
simon associés simon associés
Accueil >Propriété intellectuelle
 

Cas de résiliation d’une licence de marque

CA Paris, 18 octobre 2019, RG n°18/19572

Le cessionnaire de marques est substitué au cédant dans ses droits et obligations au titre du contrat de licence précédemment conclu et peut opposer au licencié sa défaillance contractuelle.



Dans cette affaire, s’opposaient le cessionnaire de marques et des contrats de licence sur celles-ci au licencié qui avait conclu avec le précédent titulaire des marques un contrat de licence l’autorisant à fabriquer et commercialiser des chaussures revêtues des marques en cause. Postérieurement à la cession, un conflit opposa le nouveau titulaire des marques au licencié conduisant le concédant à résilier le contrat et solliciter le paiement de redevances échues outre une indemnisation. 

Le licencié a contesté la qualité pour agir du cessionnaire des marques estimant que les formalités d’inscription de la cession des marques au registre national (article L.714-7 du Code de la propriété intellectuelle : « Toute transmission ou modification des droits attachés à une marque doit, pour être opposable aux tiers, être inscrite au Registre national des marques »), n’ayant pas été accomplies, la cession lui était inopposable. En outre, il faisait également valoir le fait que la transmission du contrat de licence à son bénéfice nécessitait son accord de sorte que les droits invoqués tirés du contrat de licence lui étaient inopposables. La cour ne va pas suivre cette argumentation et estimer, au contraire, que le cessionnaire des marques a qualité pour agir.

Les juges considèrent que les formalités prévues à l’article L.714-7 du Code de la propriété intellectuelle sont destinées à informer les tiers et à leur rendre la cession de marque opposable mais n’est pas applicable dans les rapports entre le cessionnaire de la marque et son contractant étant ici précisé qu’à la date de l’assignation l’inscription de la cession des marques avait finalement été opérée. Les juges relèvent également que le fait qu’un contrat de licence a été conclu en considération de la personne du cocontractant ne fait pas obstacle à ce que les droits et obligations de ce dernier soient transférés à un tiers dès lors que l’autre partie y a consenti de façon non équivoque ce qui ressortait des faits de l’espèce en particulier des nombreux échanges intervenus entre les parties.

Dans un second temps, après avoir admis la recevabilité de l’action, la cour va conclure au bien-fondé de celle-ci. Les juges vont à cet égard se pencher sur la mise en œuvre de la clause résolutoire prévoyant, assez classiquement, qu’en cas de faute grave par l’une des parties, l’autre pourra résilier le contrat. La faute du licencié ressortait ici des difficultés prises lors de la réalisation de la collection PE 2015 dont il était démontré qu’elle était exclusivement imputable au licencié ce qui justifiait donc la mise en œuvre de la clause résolutoire. En conséquence, la cour alloue une indemnisation évaluée sur la base des minimas contractuels garantis.

A rapprocher : Article L.714-7 du Code de la propriété intellectuelle 

VOIR AUSSI

Marques et référé : attention aux règles de procédure

CA Douai, 12 juillet 2018, n°18/00232

- Vu : 1212

Le référé réussi en matière de contrefaçon de marques implique d’engager deux actions : la première, l’action en référé proprement dite pour obtenir des mesures provisoires et faire cesser rapidement les atteintes, la seconde, l’action au fond pour faire confirmer les mesures provisoires obtenues.

> Lire la suite

Clause de non-dépôt de brevet

Cass. com., 3 mai 2018, n°16-25.067

- Vu : 1630

La clause par laquelle le salarié s’engage, postérieurement à la cessation de son contrat de travail, à ne pas déposer une invention créée pendant l’exécution de son contrat de travail, n’est pas une clause de non-concurrence.

> Lire la suite


Les plus vus...
Loi informatique et libertés III : articulation avec le RGPD
6 juillet 2018 - Vu : 8260
La loi du 20 juin 2018 n°2018-493, prise en application du Règlement (UE) 2016/679 sur la Protection des ...
> Lire la suite
Phishing : le seul fait de répondre à un email d’hameçonnage constituerait-il une négligence grave ?
16 novembre 2018 - Vu : 7314
La Cour de cassation, dans cet arrêt du 3 octobre 2018, a censuré les juges du fond qui ...
> Lire la suite
Action en contrefaçon de droit d’auteur et preuve de la qualité d’auteur
16 novembre 2018 - Vu : 5637
La recevabilité de l’action en contrefaçon de droit d’auteur est subordonnée à la preuve de la qualité d’auteur ...
> Lire la suite
La mise en conformité avec le RGPD des PME
22 mai 2018 - Vu : 5552
Consciente des difficultés que peuvent rencontrer les entreprises dans leurs démarches, la CNIL a édité une méthodologie présentée ...
> Lire la suite
Copyright ©2017 La lettre du Numérique | Création et réalisation Webcd©