La cour d’appel de Paris apporte des précisions sur le régime applicable en matière de violation de licence de logiciel

CA Paris, 19 mars 2021, n°19/17493

La cour d’appel de Paris a, dans un arrêt du 19 mars 2021, considéré que la violation d’un contrat de licence de logiciel ne relevait pas de la responsabilité délictuelle mais de la responsabilité contractuelle.

Par un arrêt en date du 19 mars 2021, la cour d’appel de Paris a exclu le régime de la contrefaçon au profit de celui de la responsabilité contractuelle en matière de violation d’un contrat de licence de logiciel.

Illustratif du principe de droit civil de non-cumul des responsabilités contractuelle et délictuelle, l’arrêt commenté apporte des éclaircissements sur les conséquences de ce principe en matière de violation d’un contrat de licence de programme d’ordinateur.

Dans le contexte d’espèce, la responsabilité délictuelle a été écartée puisque le demandeur s’appuyait, pour fonder son action en contrefaçon, sur une violation par son licencié de son contrat de licence GNU GLP v2. Le titulaire du droit reprochait à son licencié d’avoir encapsulé ledit logiciel dans un nouveau logiciel afin de le commercialiser.

La cour d’appel a estimé qu’était irrecevable l’action du titulaire des droits qui ne fonde ses demandes que sur le terrain délictuel de la contrefaçon en s’appuyant sur une violation de son contrat de licence.

Dès lors, aux termes de cet arrêt, si le fait générateur résulte d’un acte de contrefaçon, l’action doit être menée sur le fondement de la responsabilité délictuelle et si le fait générateur résulte d’un manquement contractuel, alors l’action doit être menée sur le terrain de la responsabilité contractuelle.

Il doit être noté que cet arrêt se place dans un contexte jurisprudentiel particulièrement mouvant. En effet, la cour d’appel de Paris avait posé, par un arrêt en date du 16 octobre 2018, une question préjudicielle à la Cour de Justice de l’Union Européenne (ci-après « CJUE ») aux fins de connaître le régime applicable à la violation du périmètre des droits concédés sur un logiciel.

La CJUE s’était alors prononcée dans un arrêt du 18 décembre 2019 sur cette question épineuse, sans pour autant la trancher définitivement. La Haute juridiction européenne avait estimé que la violation d’une clause d’un contrat de licence de logiciel relevait de la notion d’atteinte aux droits de propriété intellectuelle, au sens de la directive 2004/48/CE et que le titulaire des droits devait pouvoir bénéficier des garanties prévues par cette directive.

Néanmoins, la CJUE avait précisé que « le législateur national [restait] libre de fixer les modalités concrètes de protection desdits droits et de définir, notamment, la nature, contractuelle ou délictuelle, de l’action dont le titulaire de ceux-ci dispose, en cas de violation de ses droits de propriété intellectuelle, à l’encontre d’un programme d’ordinateur. »

La cour d’appel de Paris a donc fait usage de la marge de manœuvres offerte par la Haute juridiction européenne et opté pour l’exclusion du régime de la responsabilité délictuelle au profit de celui de la responsabilité contractuelle en matière de violation d’une licence de logiciel.

Ce positionnement souffre cependant de sa rigidité puisqu’il a vocation à priver le titulaire des droits des mesures protectrices prévues par le Code de propriété intellectuelle. La Cour de Justice de l’Union Européenne avait pourtant, dans son arrêt du 18 décembre 2019, rappelé l’importance du bénéfice par le titulaire des droits des garanties offertes par la Directive 2004/48/CE.

A rapprocher : CA Paris, 19 mars 2021, n°19/17493 ; CJUE, 18 décembre 2019, affaire n°C-666/18

Sommaire

Autres articles

some
Le droit moral des auteurs d’œuvre de l’esprit s’invite dans la campagne présidentielle française
Le 4 mars 2022 Eric ZEMMOUR candidat à l’élection présidentiel a été condamné en première instance par le Tribunal Judicaire de PARIS pour avoir atteint au droit moral attaché aux oeuvres de l’esprit qu’il avait utilisés dans son clip d’annonce…
some
Sort des droits relatifs aux inventions ou aux logiciels réalisés par des non-salariés ou agents publics
Ordonnance n°2021-1658 du 15 décembre 2021 Par une ordonnance du 15 décembre 2021, le régime dérogatoire applicable aux inventions de mission et aux logiciels est étendu aux personnes physiques qui ne sont ni des salariés ni des agents publics. Cette…
some
L’état de la legaltech française post-crise
4ème édition du Baromètre 2020 des Legaltech françaises par Wolters Kluwer et Maddyness La crise de la Covid-19 n’a pas épargné le secteur grandissant des legaltechs. Elle a en réalité permis l’émergence des acteurs plus matures qui ont su s’adapter…
some
Quand une œuvre invisible pourrait bouleverser le droit d’auteur
Articles L.111-1 et 112-1 du Code de propriété intellectuelle La vente aux enchères d’une sculpture invisible et la poursuite annoncée de son auteur pour contrefaçon pose la question de la protection des œuvres invisibles en droit d’auteur et plus généralement…
some
La Cour de cassation opère un revirement de jurisprudence en matière de recours contre les décisions de l’INPI
Cass. com., 12 mai 2021, n°18-15.153 Par un arrêt du 12 mai 2021, la Cour de cassation a opéré un revirement de jurisprudence en estimant que le défaut de mentions obligatoires d’un recours contre une décision de l’INPI pouvait faire…
some
Précisions sur l’enregistrement d’une marque sonore et sur l’exigence de son caractère distinctif
TUE, 7 juillet 2021, affaire T 668/19, Ardagh Metal Beverage Holdings GmbH & Co. KG c./ Office de l'Union européenne pour la propriété intellectuelle (EUIPO) Le Tribunal de l’Union Européenne s’est prononcé sur les contours de l’enregistrement d’une marque sonore…