Publication d’un décret relatif aux nouvelles règles applicables aux services de médias audiovisuels à la demande

Décret n°2021-793 du 22 juin 2021 relatif aux services de médias audiovisuels à la demande

Le décret n°2021-793 du 22 juin 2021, entré en vigueur le 1er juillet 2021, a modifié les règles applicables aux services de médias audiovisuels à la demande et plus particulièrement les règles de contribution à la production d’œuvres cinématographiques et audiovisuelles européennes.

Pris pour l’application de la loi n°86-1067 du 30 septembre 1986 relative à la liberté de communication, le décret n°2021-793 du 22 juin 2021 fixe les règles applicables aux services de médias audiovisuels à la demande.

La notion de services de médias audiovisuels à la demande ou SMAD recouvre « tout service de communication au public par voie électronique permettant le visionnage de programmes au moment choisi par l’utilisateur et sur sa demande, à partir d’un catalogue de programmes dont la sélection et l’organisation sont contrôlées par l’éditeur de ce service. »

Le décret n°2021-793 du 22 juin 2021 est porteur d’une évolution majeure en matière de défense de l’exception culturelle puisqu’il permet l’assujettissement des plateformes étrangères visant le territoire français au régime de la contribution au financement de la production d’œuvres cinématographiques et audiovisuelles.

Dès lors que ces plateformes constituent des « services permettant de regarder, pendant une durée limitée, des programmes diffusés sur un service de télévision, dits services de télévision de rattrapage » ou qu’elles «réalisent un chiffre d’affaires annuel net supérieur à 5 millions d’euros et que leur audience est supérieure à 0,5% de l’audience totale en France dans la catégorie de services de médias audiovisuels à la demande dont ils relèvent », ces dernières seront soumises au même régime que les plateformes françaises.

Les services de médias audiovisuels à la demande devront désormais consacrer au moins 20% du chiffre d’affaires réalisé en France au financement de la production d’œuvres cinématographiques et audiovisuelles européennes ou d’expression originale française. Dans les cas où ces derniers proposent annuellement au moins une œuvre cinématographique de longue durée dans un délai inférieur à douze mois après sa sortie en salles en France, la part du chiffre d’affaires est alors fixée à 25%.

Notons que les éditeurs de services de médias audiovisuels à la demande établis en France et dont le chiffre d’affaires annuel net est supérieur à 1 million d’euros doivent conclure avec le Conseil supérieur de l’audiovisuel une convention qui précisera les contours de cette contribution.

Par ailleurs, il doit être souligné que certains services ne sont pas visés par ce décret. Pour la contribution au développement d’œuvres cinématographiques, sont exclus les services qui proposent annuellement au moins dix œuvres cinématographiques de longues durées. Pour la contribution aux œuvres audiovisuelles, sont exclus les services de télévision de rattrapage établis en France ou encore les services qui proposent annuellement moins de dix œuvres audiovisuelles.

Notons que cette contribution est majoritairement consacrée à la production indépendante d’œuvres européennes (précisément à hauteur de trois quarts des dépenses pour les œuvres cinématographiques et deux tiers des dépenses pour les œuvres audiovisuelles).

Par ailleurs, s’agissant des œuvres cinématographiques et audiovisuelles d’expression originale française, sont imposées certaines règles liées à la composition du catalogue des éditeurs. Une part égale à 60% d’œuvres européennes et 40% d’œuvres d’expression originale française doit être réservée par les éditeurs de SMAD et des procédés de mise en valeur de ces œuvres doivent être mis en place. Le décret mentionne plusieurs moyens de valorisation parmi lesquels : la mise à disposition de bandes-annonces et l’exposition de visuels sur leur page d’accueil ou encore les recommandations de contenus suggérés à l’utilisateur.

Bien que le décret constitue une avancée considérable de la France dans la défense de l’exception culturelle, ce texte a reçu un accueil mitigé de certaines plateformes étrangères qui se réservent la faculté d’introduire des recours.

Ce texte sera complété d’une réforme dédiée à la modernisation de la chronologie des médias qui devrait permettre aux services de médias audiovisuels à la demande de bénéficier, en contrepartie de leur contribution au financement, de délais plus courts pour la diffusion d’œuvres cinématographiques après leurs sorties en salle.

A rapprocher : Décret n°2021-793 du 22 juin 2021 relatif aux services de médias audiovisuels à la demande ; Loi n° 86-1067 du 30 septembre 1986 relative à la liberté de communication (Loi Léotard) ; Communiqué de presse : Publication du décret relatif aux services de médias audiovisuels à la demande (SMAD)

Sommaire

Autres articles

some
Synthèse du rapport sur « Le data altruisme » : une initiative européenne : pour une économie de la donnée équitable et innovante
Le 23 février 2022, la Commission Européenne a présenté sa nouvelle initiative législative sur l’exploitation des données, le Data Act, qui vise à créer un cadre facilitant l’exploitation et le partage des données dans un cadre altruiste, et non plus…
some
La Doctrine « cloud au centre » sur l’usage de l’informatique en nuage au sein de l’État va-t-elle profiter au G.A.F.A.M. ?
Circulaire n° 6282-SG du 5 juillet 2021 relative à la doctrine d’utilisation de l’informatique en nuage par l’État L’informatique en nuage (Cloud Computing) constitue un levier essentiel de la transformation numérique de l’Etat et des territoire priorités du Gouvernement actuel…
some
Publication d’un avis de la Commission Supérieure du Numérique et des Postes portant recommandations dans le domaine de la sécurité numérique
Avis n°2021-03 du 29 avril 2021 portant recommandations dans le domaine de la sécurité numérique La Commission Supérieure du Numérique et des Postes a publié, le 29 avril 2021, un avis portant recommandations dans le domaine de la sécurité numérique,…
some
La France peut-elle retrouver sa souveraineté numérique en s’affranchissant des GAFAM ?
Stratégie nationale pour le Cloud du 17 mai 2021 Pour répondre aux inquiétudes sur « l’extraterritorialité » de lois américaines comme le Cloud Act ou le Foreign Intelligence Surveillance Act (FISA), qui peuvent permettre à la justice ou aux services…
some
[VIDÉO] Chronique d’une mort annoncée, par Fabrice DEGROOTE
Réflexions d'Experts Fabrice DEGROOTE, dans cette vidéo, nous parle des 3 symptômes qui caractérisent l’échec du projet d’intégration informatique : la complexité du projet, une gouvernance mal maîtrisée et la résistance au changement.   Bonjour à toutes, bonjour à tous…
some
Le Règlement internet ouvert consacré par la CJUE
CJUE, 15 sept. 2020, Aff. jointes. C-807/18 et C-39/19 La CJUE a consacré́, dans son arrêt du 15 septembre dernier, la neutralité du net alors que la tendance outre atlantique est de vouloir remettre en cause cette neutralité du net.…