webleads-tracker

MENU
Nos expertises Présentation du cabinet Présentation Notre approche Nos départements Nos avocats Nos distinctions Nous contacter Equipe numerique Agenda / évènements Nos événements Autres événements Lexique Newsletters Rechercher Nos sites internet Data / Données personnelles Propriété intellectuelle Services numériques E-commerce Contenus illicites / E-réputation International Startup et Legaltechs / Tendances Partenaires Medias Contact Newsletter
SUIVEZ NOUS SUR
la lettre du numérique
L'actualité juridique et économique des acteurs du numérique par Simon Associés
simon associés simon associés
Accueil >International
 

La monnaie virtuelle chinoise

La Chine a testé sa monnaie numérique dans ces 4 villes (Shenzhen, Chengdu, Suzhou et Xiong’an) et a désormais sa propre monnaie virtuelle. 

Après 6 années de travaux préparatoires, la Banque centrale chinoise (Banque populaire de la Chine) a enfin entamé des tests de sa monnaie numérique en juillet 2020.

Ce programme pilote est réalisé avec l’appui des 4 grandes banques d’Etat (ICBC, Bank of China, Agriculture Bank of China, China Construction Bank).

Les premiers tests de cette monnaie numérique souveraine ont été annoncés officiellement le 8 juillet par le géant du VTC chinois Didi Chuxing (équivalent d’Uber en Chine) et la Banque centrale chinoise.

L’objectif du gouvernement chinois est de fournir un moyen de paiement plus sécurisé que le liquide ou les paiements électroniques existants.

La monnaie virtuelle n'est pas une cryptomonnaie décentralisée comme le Bitcoin. Au contraire, cette monnaie est émise de manière traditionnelle par la Banque centrale, sous forme purement numérique.

Rien de très nouveau à première vue pour centaines de millions de Chinois qui utilisent chaque jour les solutions de paiement via des applications mobiles comme Alipay ou WeChat Pay, qui représentent déjà 16% du PIB.

Les cryptomonnaies, Bitcoin et Ethereum en tête, y ont rencontré un certain succès avant que leur usage ne soit restreint par les autorités.

Dans ces deux cas de paiements virtuels, les transactions échappent en partie au contrôle du gouvernement chinois, ce qui explique également sa volonté de mettre en place une cryptomonnaie d'État, le « Yuan virtuel », qui n’a pas encore de nom officiel, est connue sous les initiales « DCEP » pour « Digital currency/electronic payment ».

Le Yuan virtuel permettra également à la Banque centrale chinoise de mieux contrôler le marché des paiements, qui est actuellement dominé par des entreprises du secteur privé telles que Alibaba et Tencent.

La Banque centrale chinoise met en avant que le Yuan virtuel a un cours légal et ne peut être refusé, contrairement aux autres cryptomonnaies que la Chine a toujours considérées comme des produits de spéculation ou un moyen illégal de sortir des capitaux de Chine.

Mark Carney, ancien gouverneur de la Banque centrale du Canada et, depuis 2013, gouverneur de la Banque centrale d’Angleterre, estime que cette voie technologique pourrait être une solution pour contrecarrer la puissance du dollar.

À terme, le Yuan virtuel pourrait constituer une alternative au dollar pour les paiements internationaux, même si ce point divise les spécialistes.

Des analystes américains redoutent également que l'Iran et d'autres États ne l'utilisent pour échapper aux sanctions de Washington.

Un test à plus grande échelle devrait avoir lieu lors des Jeux olympiques d'hiver de Pékin, en 2022.

VOIR AUSSI

Action individuelle d’un consommateur et cessions de droits

CJUE, 25 janvier 2018, aff. C-498/16

- Vu : 1269

Le fait de publier des livres ou de participer à des conférences de manière rémunérée ne fait pas perdre à un utilisateur d’un compte Facebook privé sa qualité de consommateur au sens de l’article 15 du règlement Bruxelles I.

> Lire la suite

Protection des secrets d’affaires contre l’obtention, l’utilisation et la divulgation illicite

Directive du 14 avril 2016 du Parlement européen

- Vu : 791

Le Parlement européen a adopté le 14 avril 2016 la directive assurant le secret des affaires qui devra être transposée dans les pays membres d’ici deux ans...

> Lire la suite


Les plus vus...
Loi informatique et libertés III : articulation avec le RGPD
6 juillet 2018 - Vu : 6512
La loi du 20 juin 2018 n°2018-493, prise en application du Règlement (UE) 2016/679 sur la Protection des ...
> Lire la suite
Phishing : le seul fait de répondre à un email d’hameçonnage constituerait-il une négligence grave ?
16 novembre 2018 - Vu : 5684
La Cour de cassation, dans cet arrêt du 3 octobre 2018, a censuré les juges du fond qui ...
> Lire la suite
La mise en conformité avec le RGPD des PME
22 mai 2018 - Vu : 4658
Consciente des difficultés que peuvent rencontrer les entreprises dans leurs démarches, la CNIL a édité une méthodologie présentée ...
> Lire la suite
Victime d’hameçonnage : la Cour de cassation impose à l’utilisateur une vigilance de plus en plus accrue
22 mai 2018 - Vu : 3666
La Cour de cassation renforce à nouveau l’obligation de prudence pesant sur l’internaute victime d’hameçonnage, dans la droite ...
> Lire la suite
Copyright ©2017 La lettre du Numérique | Création et réalisation Webcd©