webleads-tracker

MENU
Nos expertises Présentation du cabinet Présentation Notre approche Nos départements Nos avocats Nos distinctions Nous contacter Equipe numerique Agenda / évènements Nos événements Autres événements Lexique Newsletters Rechercher Nos sites internet Data / Données personnelles Propriété intellectuelle Services numériques E-commerce Contenus illicites / E-réputation International Startup et Legaltechs / Tendances Partenaires Medias Contact Newsletter
SUIVEZ NOUS SUR
la lettre du numérique
L'actualité juridique et économique des acteurs du numérique par Simon Associés
simon associés simon associés
Accueil >International
 

Première sanction financière depuis l’entrée en application du RGPD

Un hôpital condamné par la CNIL portugaise à une amende de 400 000 €

Le CNPD, homologue portugais de la CNIL, a prononcé à l’encontre de l’Hôpital Barreiro-Montijo une amende de 400 000 € pour non-respect du Règlement Européen (UE) 2016-679 sur la Protection des Données.



Ce qu’il faut retenir : Le CNPD (Comissão Nacional de Proteção de Dados), homologue portugais de la CNIL, a prononcé à l’encontre de l’Hôpital Barreiro-Montijo une amende de 400 000 € pour non-respect du Règlement Européen (UE) 2016-679 sur la Protection des Données.

Il s’agit de la première sanction financière prise depuis l’entrée en application du RGPD contre un établissement de santé.

Pour approfondir : Le CNPD a constaté que la politique d’accès aux bases de données des patients de l’hôpital ne respectait pas les exigences de la réglementation. En effet, en juin 2018, l’ordre des médecins avait alerté le CNPD sur de nombreuses non-conformités.

Les manquements relevés étaient divers : accès réservés en principe aux médecins utilisés par des personnels administratifs, comptes des médecins ayant quitté l’établissement toujours actifs (985 comptes versus 296 médecins en poste…), mauvaise gestion des habilitations, et faiblesses du système d’habilitation révélées à l’occasion de la création d’un compte test par les services du CNPD.

Les arguments avancés par l’établissement de soins pour tenter d’échapper à sa responsabilité n’étaient pas très convaincants. Il a d’abord tenté de se dédouaner en invoquant le fait que le ministère de la santé portugais fixait les règles relatives aux données de santé. Il a ensuite invoqué l’absence de transposition du RGPD dans la loi nationale, puis l’absence de moyens informatiques dont dispose l’hôpital pour gérer le système d’habilitation. Or, faut-il le rappeler, un règlement européen est d’application directe sur tout le territoire de l’Union européenne sans qu’il soit besoin de le transposer. Enfin, il est apparu, à l’occasion du contrôle, que l’outil informatique de l’établissement permettait une parfaite gestion des habilitations.

Le CNPD a donc retenu des manquements graves au RGPD : violation des principes d'intégrité et de confidentialité des données, violation du principe de minimisation de l’accès aux données et absence de garantie de l’intégrité des données. Pour ces infractions, l’autorité de contrôle a condamné le Centre Hospitalier, responsable de traitement, à deux amendes de 150 000 euros et une troisième de 100 000 euros, soit au total 400 000 €.

L’établissement de soins a annoncé avoir interjeté appel de la décision. Affaire à suivre…

A rapprocher : Guide pratique sur la protection des données à destination des médecins libéraux

VOIR AUSSI

La loi antitrust en Chine – le projet de modification en vue d’une régulation renforcée des BATX

- Vu : 1152

La Chine a annoncé la première modification depuis 2008 de sa législation antitrust afin de renforcer la régulation des BATX, l’équivalents chinois des GAFA américains. La législation, qui ne visait auparavant pas les géants de l’internet chinois, devrait désormais s’appliquer à toutes les entreprises du secteur numérique du pays, cette fois-ci sans exception.

> Lire la suite

Directive 95/46 : Interprétation de la notion de responsable de traitement

CJUE, 5 juin 2018, aff. C-210/16

- Vu : 1683

L’administrateur d’une plateforme mise en place par un réseau social, opérant un traitement de données en dehors d’un cadre personnel, est un responsable de traitement soumis aux obligations de la directive 95/46 et désormais du RGPD.

> Lire la suite


Les plus vus...
Loi informatique et libertés III : articulation avec le RGPD
6 juillet 2018 - Vu : 6232
La loi du 20 juin 2018 n°2018-493, prise en application du Règlement (UE) 2016/679 sur la Protection des ...
> Lire la suite
Phishing : le seul fait de répondre à un email d’hameçonnage constituerait-il une négligence grave ?
16 novembre 2018 - Vu : 5464
La Cour de cassation, dans cet arrêt du 3 octobre 2018, a censuré les juges du fond qui ...
> Lire la suite
La mise en conformité avec le RGPD des PME
22 mai 2018 - Vu : 4546
Consciente des difficultés que peuvent rencontrer les entreprises dans leurs démarches, la CNIL a édité une méthodologie présentée ...
> Lire la suite
Victime d’hameçonnage : la Cour de cassation impose à l’utilisateur une vigilance de plus en plus accrue
22 mai 2018 - Vu : 3421
La Cour de cassation renforce à nouveau l’obligation de prudence pesant sur l’internaute victime d’hameçonnage, dans la droite ...
> Lire la suite
Copyright ©2017 La lettre du Numérique | Création et réalisation Webcd©